©Charles-Edouard Baudoin – Guides et Scouts d’Europe

Mise en scène

Placement sur scène

• Prévoyez à l’avance la façon dont vous vous placerez : en une ou plusieurs rangées, en ligne ou en demi-cercle, bien serrés ou dispersés sur scène, groupés par voix ou voix mélangées…
• Il faut simplement que vous ayez pris l’habitude de chanter ainsi.
• Petite précision : dans la catégorie « unités » les chefs, cheftaines et assistant(e)s chantent bien sûr avec leurs scouts, guides, guides-aînées ou routiers !

Mise en scène = mise en musique

• La seule consigne obligatoire est de chanter votre chant par cœur.
• Evidemment, vous choisirez les nuances et le tempo (= vitesse) et vous articulerez bien pour mettre en valeur le texte, l’ambiance et le message du chant.
• Vous chanterez à une ou plusieurs voix, avec ou sans instruments, comme vous voulez.
• Quand on parle de « mise en scène », cela ne veut pas dire qu’il faut faire un numéro de théâtre, des déplacements, des répliques, des ombres chinoises ou des pas de danse, etc.
• C’est en quelque sorte une « mise en musique » mais ce terme n’est pas non plus très précis.
• Pour prendre un exemple, vous pouvez décider de prendre le 1er couplet tous à l’unisson avec accompagnement de guitare, le 2e couplet par un soliste toujours avec la guitare, le 3e couplet tous à deux voix, le 4e pareil mais en ajoutant un contrechant à la flûte à bec, le 5e couplet tous en bouches fermées avec un récitant qui parle le texte et pour finir, un 6e couplet à deux voix mais avec lalala comme paroles.
• Bien sûr, il faudra que vous sachiez aussi toutes ces variations par cœur…
• C’est votre créativité qui fera la différence pour rendre votre chant vivant pour votre plaisir et celui du jury et du public !

Déplacements et gestique

• La priorité est au chant. Mais, si vous le souhaitez, vous pouvez le mettre en valeur par des déplacements simples et une gestique.
• Attention : ne jamais tourner le dos au public, qui ne vous entendrait plus correctement.
• Exemples : avancer tous d’un pas (exactement ensemble) sur le deuxième couplet de « Quand le ciel est bleu ». Ou le garçon du milieu met un genou en terre et les autres tendent le bras vers lui pour évoquer l’adoubement d’un chevalier. Ou mettre la main droite sur le cœur (tous la même main !) pour le 3e couplet de L’Homme de Cro « Il était poète à ses heures, disant à sa femme en émoi »… Ou encore taper du pied (avec un ensemble parfait) sur la dernière note du chant. Plus compliqué : un seul geste des mains à chaque couplet de « La part à Dieu » pour montrer un gobelet, un vêtement, des chaussures et le sommeil.
• Cela rend l’apprentissage plus difficile ! Il ne faut pas se mélanger dans les paroles sous prétexte qu’on pense à ses pieds ou à ses bras et pour avoir un bel ensemble il faut beaucoup répéter.

Déguisements et accessoires

• Vous pouvez prévoir des costumes à condition d’être déjà prêts dans le public dès le début de la veillée-concert.
• Plus simplement, vous pouvez avoir un accessoire comme le foulard en bandeau sur l’œil pour un chant de pirates. Ou un chapeau caché dans le dos que vous coiffez tous ensemble à un moment donné. Ou des gants blancs pour les gestes de « La part à Dieu » dans l’exemple ci-dessus.
• Là encore, c’est à travailler avant, et le jury préférera un chant bien chanté sans « esbrouffe » qu’un chant mal su avec des costumes éblouissants. Le mieux est un équilibre entre les deux.